Bangingbees

BangingBees – Sparrow Knox – Off The Bees

admin 2 mars 2021 Commentaires fermés

Sparrow

Après Kas Lemmens, notre deuxième Off The Bees de la saison est consacré à Sparrow Knox. On était à Laax début janvier pour filmer et interviewer cette boule d’énergie positive made in UK. De ses débuts sur les dry slopes anglais, à sa rencontre et ses trips aux quatre coins du monde avec Niels Schack, jusqu’à son projet actuel Mates avec Will Smith et son rôle de père de famille, voici un condensé de la vie et l’oeuvre de Sparrow Knox, accompagné de quelques bonnes images exclusives sur le park de Laax. Merci à Vans de nous permettre de faire ces projets. On vous prépare de nouveaux épisodes d’ici la fin de saison.

Pour voir les anciens épisodes Off The Bees
Kas Lemmens
Yung Doli
Simpson Brothers
Nikita Sekh

English Interview

How did you started you trip in Laax?

I missed my first flight to Grenoble so I had to take a new flight to Paris and then a train to Geneva to meet Niels Schack and finally made the drive at night to Laax.

When and how did you started snowboarding?

I am 26 now and I probably started snowboarding when I was 10. We learned to snowboard on dry slope in Scotland with my 3 older brothers. My first time snowboarding in the mountains was in Laax with my parents. I thought I was good at snowboarding because I could do a frontboard but when I went to the mountain I realized I suck.

How was the British scene when you started?

The atmosphere was great at the events. Family vibe, new kids and old riders all mixing together. A real unity.

Did you started with snowboarding or skateboarding?

Skateboarding is our family roots. My 3 older brothers were skateboarding and one of them tried dryslopes so we all did.

I thought I was good at snowboarding because I could do a frontboard but when I went to the mountain I realized I suck.

Did you hesitated between making a career in skateboarding or snowboarding?

No because snowboarding is easier than skateboarding. But I think more about skateboarding.

How many brothers and sisters do you have?

We are 7 brothers and sisters. So family time is pretty busy. The best memories is when our father was driving all the family to the skatepark in the week-end. I guess it payed because my brother Tom is a pro skater now.

Who were your first riding buddies in England apart from your brothers?

Will Smith was my age and we met up at all the events but he was not from the same area. So that’s great to have our own project Mates together years later with an all British crew. We didn’t do it on purpose to approve the Brexit vibe but we love how things went.

4dbd0594-2dbb-4574-8c14-848f3c2b437f

Mates in Chamrousse ©Mayol/Vans

Did you do a lot of contest when you started?

I just did the British championship when I was young then a few rail contest but not much more.

I want to make street snowboarding looks like a skateboarding video game.

So you’ve been into jibbing for a long time?

Yes but I don’t really like to ride rails. I love to jumps, but it just happened. I guess it’s more accessible. No one if going to pay you to go to Alaska but they’re willing to pay for a street trip in Helsinki. My first street mission was with Niels for a Homies movie by Nico Droz when I was 15.

What is your vision about street snowboarding?

Street snowboarding has evolves. It has change from super technical to more simple stuff in the last years. I want to make street snowboarding looks like a skateboarding video game.

Do you sometimes do street in the UK?

We already did, but the snow doesn’t last long usually. But if there is some proper snow, we have some solid street spots.

How being a father changed your life and your snowboarding routine?

My girl Iris is 2 years old and we have another kid coming. I changes the way I look at everything. More schedule. Before it was just going on trip and that’s it. Now I’ve got everything else at home. Being from London and traveling is hard to go but I still love to do it and have these 2 beautiful sides of my life. Before I thought that I had nothing to lose before I hit a spot. Now that I have a child, I think that I have everything to lose! So I think a bit more.

94e5e728-b3ad-4fc5-9ce3-6c35556aabb0

©Matt Georges/Vans

You seem to like going snowboarding in uncommon places. Tell us more about it.

Yes I have been following Niels when we were doing Loose Change and we have been to Turkey, India, Kazakstan and Japan. And then we went to Kurdistan for Goodbye Horses were we had this crazy story being chased by local drunk kids that ended up hitting horses with their car during the pursuit. I also went to Morocco. I love exotic places for the lifestyle it provides.

What about music? Is it a big influence?

I grew up playing a few instrument. So I am kind of one man band, but the band sucks! I was influenced by my parents. My dad loved Paul Simon and Bob Dylan and my mom used to be DJ. I am also really into hip-hop. US classic and UK rap too.

Before I thought that I had nothing to lose before I hit a spot. Now that I have a child, I think that I have everything to lose! So I think a bit more.

Tell us about your relationship with Niels Schack.

First time I met Niels was in Laax in 2007 during a Burton European Open. He is like my life coach. When I miss my flight, I call him and he finds a solution. He is the man, he makes painting, music, snowboard video parts and can do it all. He is a big inspiration in my life.

Niels Sparrow

How many flight did you missed in your career?

A lot. It usually happens because there is a big party on the last day of the trip. And I also lose a lot of gear during these trips.

How is your relationship with snowboarding now and how do you see the future?

I am still in love with snowboarding. I love doing traveling, meeting new people, discovering new places. I just love riding a do a simple indy grab! I like backcountry, but 20 years ago, people were already doing big cab 9 and I think it’s difficult to bring something new. So I think that I will keep on doing street because that’s what inspired me and you can do more things that haven’t been done before. For my future, it will be riding, traveling, filming, drinking, smoking, going back home, resting and doing it again!

3e7ae637-d08f-4a5f-a937-a7000524c9b1

Chamrousse Hi-Standard ©Mayol/Vans

Interview en Français

Comment a commencé ce trip à Laax ?

J’ai raté mon premier vol pour Grenoble, j’ai donc dû prendre un nouvel avion pour Paris, puis un train pour Genève pour retrouver Niels Schack et enfin faire le trajet de nuit jusqu’à Laax.

Quand et comment as-tu commencé le snowboard?

J’ai 26 ans maintenant et j’ai probablement commencé le snowboard à 10 ans. Nous avons appris sur un dry slope en Ecosse avec mes 3 grands frères. La première fois que j’ai ridé en montagne, c’était à Laax avec mes parents. Je pensais que j’étais bon en snowboard parce que je pouvais faire un frontboard mais quand je suis allé à la montagne, j’ai réalisé que j’étais nul.

Comment était la scène britannique à tes débuts?

L’ambiance sur les événements était top. C’était familial, les jeunes et les riders plus vieux se mélangeaient. Il y avait une vraie unité.

As-tu commencé par le snowboard ou le skateboard?

Le skateboard est une tradition familiale chez nous. Mes 3 frères aînés faisaient du skateboard et l’un d’eux a essayé le dry slopes et on s’est tous mis au snowboard.

Je pensais que j’étais bon en snowboard parce que je pouvais faire un frontboard mais quand je suis allé à la montagne, j’ai réalisé que j’étais nul.

As-tu hésité entre faire carrière dans le skate ou le snowboard?

Non, car le snowboard est plus facile que le skate. Mais je pense plus souvent au skate qu’au snow.

Combien as-tu de frères et sœurs ?

Nous sommes 7 frères et soeurs. Les repas de famille sont donc assez mouvementés. Le meilleur souvenir, c’est quand notre père conduisait toute la famille au skatepark le week-end. Je suppose que ça a payé parce que mon frère Tom est maintenant skater pro.

Qui étaient tes premiers partenaires de ride en snowboard en dehors de tes frères?

Will Smith avait mon âge et on se voyait sur tous les événements mais on n’était pas de la même région. C’est génial d’avoir notre propre projet Mates ensemble des années plus tard avec un crew entièrement britannique. Nous ne l’avons pas fait exprès pour approuver le Brexit, mais nous sommes super contents de ce nouveau projet.

As-tu fait de la compétition quand tu as commencé le snowboard?

J’ai fait les championnats britanniques quand j’étais jeune, puis quelques contest de rails mais c’est tout.

Je veux que le snowboard de rue ressemble à un jeu vidéo de skate.

Tu fais donc du jib depuis longtemps?

Oui mais je n’aime pas particulièrement rider des rails. J’adore sauter, mais sans le vouloir j’ai fait plus de jib. Je suppose que c’est plus accessible. Personne ne va me payer pour aller en Alaska, mais c’est plus facile de se faire financer un trip de street à Helsinki. Mon premier trip en street était avec Niels pour une vidéo Homies de Nico Droz quand j’avais 15 ans.

Quelle est ta vision du street ?

Le street a évolué. Il est passé de tricks super techniques à des choses plus simples au cours des dernières années. Je veux que le snowboard de rue ressemble à un jeu vidéo de skate.

Fais-tu parfois du street en Angleterre ?

On l’a déjà fait, mais la neige ne dure généralement pas longtemps. Mais s’il y a de la bonne neige, on a de bons spots.

Est-ce que la paternité a changé ta vie et ta façon de faire du snowboard ?

Ma fille Iris a 2 ans et ma copine attend un autre enfant. Ca a donc changé ma perception de la vie. Plus d’organisation. Avant je devais juste m’occuper de partir en trip. Maintenant, j’ai tout le reste à la maison. Habiter à Londres et voyager, c’est compliqué. Mais ça me plait d’avoir ces 2 aspects de ma vie. Avant je me disais que je n’avais rien à perdre devant un spot. Maintenant que j’ai une fille, je me dis que j’ai tout à perdre. Donc je réfléchis un peu plus.

3ef410a0-7818-4071-8e97-bbc070871850

©Lucas Crivelli/Vans

Parles nous un peu des endroits originaux où tu es allé rider.

J’ai suivi Niels lorsque nous faisions Loose Change et nous sommes allés en Turquie, en Inde, au Kazakstan et au Japon. Et puis nous sommes allés au Kurdistan pour Goodbye Horses où nous avons eu cette histoire de dingue de poursuite avec des ados ivres qui ont fini par shooter des chevaux ! Je suis aussi allé au Maroc. J’adore les endroits exotiques pour le lifestyle qu’ils offrent.

Qu’en est-il de la musique? Est-ce une grande influence?

J’ai grandi en jouant de plusieurs instruments. Donc, je suis un peu un one man band, mais le groupe est nul ! J’ai été influencé par mes parents. Mon père adorait Paul Simon et Bob Dylan et ma mère était DJ. Je suis aussi très branché hip-hop. J’aime les classiques du rap américain et j’adore aussi le rap anglais.

Avant je me disais que je n’avais rien à perdre devant un spot. Maintenant que j’ai une fille, je me dis que j’ai tout à perdre. Donc je réfléchis un peu plus.

Parles-nous de ta relation avec Niels Schack.

La première fois que j’ai rencontré Niels, c’était à Laax en 2007 lors d’un Burton European Open. Il est comme mon coach de vie. Quand je rate mon vol, je l’appelle et il trouve une solution. Il est génial, il fait de la peinture, de la musique, des vidéos de snowboard. Il peut tout faire ! Il est une grande inspiration dans ma vie.

Combien de vols as-tu loupé dans ta carrière?

Beaucoup. Ca arrive généralement parce qu’il y a une grosse fête le dernier jour du voyage. Et je perds aussi beaucoup de vêtements lors de ces voyages.

Quelle est ta relation actuelle avec le snowboard et comment vois-tu l’avenir?

Je suis toujours amoureux du snowboard. J’adore voyager, rencontrer de nouvelles personnes, découvrir de nouveaux endroits. J’adore rider et juste faire une simple indy! J’aime le backcountry, mais il y a 20 ans, les gens faisaient déjà des gros cab 9 et je trouve qu’il est difficile d’apporter quelque chose de nouveau. Je pense donc que je continuerai à faire du street parce que c’est ce qui m’inspire. On peut plus facilement innover. Mon avenir, ca sera de rider, voyager, filmer, boire, fumer, rentrer à la maison, se reposer et recommencer !

71733a29-e245-42dd-9aed-bd299ed62682

©Matt Georges/Vans

Use Facebook to Comment on this Post

Like this Article? Share it!

Comments are closed.