Bangingbees

BangingBees – Kas Lemmens – Off The Bees

admin 12 janvier 2021 Commentaires fermés

Kas

On vous avait déjà accordé récemment une interview à Kas Lemmens pour son entrée dans le team Vans. Et vu que c’est l’un des riders du moment et qu’on est super fan de son style, on a voulu commencer avec lui la nouvelle saison de notre série Off The Bees en partenariat avec Vans. Voici donc tout ce qu’il faut savoir sur le phénomène hollandais Kas Lemmens.

Where are you from and when did you started snowboarding?

I am from a small village in Netherlands with a name that you couldn’t pronounce, close to the Belgian border. My father was a friend with the owner of Montana, the indoor slope close to my home. So every Wednesday after school I went there. We also used to go in ski holidays in Avoriaz with my parents so I started ski when I was 3 years old and then took my first snowboard lesson when I was 10 in Montana. After that, I went there every week with all the locals guys.

How did you connect with the other riders from the Dutch snowboard scene?

We were not even part of the snowboard scene. The first time we met the scene was for a summer Skullcandy rail battle. After that we started going to events and people began to ask who we were. But they didn’t even know our snowdome.

Your home spot always had some snowpark features?

No never. Only once a week, they had this cool evening session where they turned the lights off and put this crazy up-flat-down rail. So the rest of the time, we had to set up PVC pipes to be able to ride. Montana has the worst features but that’s where we learned to snowboard so after that we can snowboard everywhere. In the other domes, we always heard people complaining about the snowpark but we were super happy because for us it was like a dream. We were used to ride only PVC pipes! That’s why when I see the Yawgoons video, I can relate to it. We had nothing but we made the best out of it. When I take people there, I am always worried that they like it because I love it! There was this time when Cole Navin and Spencer Schubert were here, and they enjoyed it.

What’s is your indoor snowboarding routine?

I always go there alone but I don’t like snowboarding on my own. See the other person riding gives you energy. I used to ride for 4 hours but it depends of the set up now.

How would you compare indoor snowboarding and outdoor snowboarding?

You can have a lot of laps indoor. In 1 hour, you can have around 30 laps. I love fast laps and don’t like chairlifts. You don’t need a lot of equipment to ride indoor. Sometimes, I don’t feel like I am a real snowboarder. Wherever I go snowboarding, I always end up on a small shitty park. I even wonder when the last time was I even made a turn. When we are riding street, we often just go straight for a lot of time, land a trick and that’s it.

Who were the riders you looked up to when you were young?

The older guys I started riding with and the riders from the old Postland movie like Cees Wille. I also looked up to the Forum team, Stevie Bell and JP Walker. Then I was a big fan of Joe Sexton in Stepchild movie Child Support. And now I am riding for Public and Joe is my boss, so it feels pretty natural.

Who were your first sponsor?

I started riding for Signal in 2010 and ThirtyTwo came right after.

Kas Off The Bees

Is it important for you to ride for core brands?

It always has to feel right. I need a connection with the brand and the image. For Public, it came naturally after doing a trip with Joe Sexton. I had that same connection with Vans image, the people riding for the brands and the things they stand for. These would be the brands I would buy myself so it feels good to promote them.

How did Postland started?

We were all in different part of the Dutch snowboard scene. Tim Schiphorst from Postland was trying to set up a crew. He already had the best snowboarders in the Netherland and he needed a couple new comers. We did good at some events and Tim asked me if I wanted to come to a street trip in Finland and that’s how it started.

Did you ever ride street in the Netherlands?

Last time we had proper snow was in 2013 but it doesn’t really last long. We still used to have some street shots in the Netherlands in Postland movie Periscoping.

Are you aware that you might be one the leader of this “more style, less tech” trend in snowboarding?

I used to try the most technical tricks when I was younger but now, I just try to find the most interesting spot and only do 50-50, boardslide or wallride. I am too old for these crazy technical tricks. But I think it would be interesting if it shifts back to technical. I used to look up to my friend Wessel Van Leerop who was doing the most complicate tricks that seemed impossible to me and it was cool too.

How does it feel to be in the Videograss movie?

It’s a dream comes true. I have always looked at these videos and it shaped the snowboarder I am today, so it’s an honor.

How did you got involved with filming for Videograss?

Jake OE asked for a cameo in his part when I was riding for Signal.

What are your projects for this years?

Hexagon Project for Method Mag, filming something for Vans Europe with Benny Urban, Dominik Wagner, Sebi Springeth and Vans global also has a project. And I am also hoping to film with Tim Schiphorst.

What would be your ultimate goal in snowboarding?

To make a video part that I would be hyped on, but it’s probably never going to happen.

What’s the favorite clip that you filmed in you carrier?

It would be the front board on the big roof. I don’t think that I could do something better. It took me around 10 tries. But the funniest part of this clip is that I wanted to see how fast I would go so I slid the steel roof on my butt and burned my pant. This film is special to me because I had a very hard time before that because my dad passed away and it was my come back year. So I wanted to tribute him with something he would like. He liked to see me snowboard.

Kas Lemmens roof

Was he supportive to your snowboard carrier?

He was a motocrosser so he can relate to it. He loved it when I did a backflip!

How is it to be a pro snowboarder in the Netherlands?

I felt I was judged by people because they always said that I only go on holidays when I go filming on snowboard trip. People don’t realize that we really work during these trips.

Do you consider yourself a pro snowboarder?

Not really, I would consider myself pro if I had a board with my name on it. And I still have to work in summertime because living in Netherlands forces me to travel to snowboard and it costs a lot.

Is snowboarding an art or a sport?

I would say it’s a way of self-expression.

Kas Lemmens

Interview en Français

D’où viens-tu et quand as-tu commencé le snowboard?

Je viens d’un petit village des Pays-Bas avec un nom que vous ne pouviez pas prononcer, près de la frontière belge. Mon père était ami avec le propriétaire de Montana, la piste indoor près de chez moi. Donc j’y allais tous les mercredis après l’école. On partait aussi en vacances à Avoriaz avec mes parents donc j’ai commencé le ski à 3 ans et j’ai pris mon premier cours de snowboard à 10 ans à Montana. Après ça, j’y suis allé chaque semaine avec tous les gars du coin.

Comment es-tu rentré en contact avec les autres riders de la scène snowboard néerlandaise ?

Nous ne faisions même pas partie de la scène au début. La première fois que nous avons rencontrés la scène, c’était pour une rail jam Skullcandy en été. Après ça, nous avons commencé à bouger sur des événements et les gens se demandaient qui nous étions. Mais ils ne connaissaient même pas notre snowdome.

Est-ce que ton snowdome avait un snowpark ?

Non jamais. Une fois par semaine seulement, il y avait une soirée où ils éteignaient les lumières et installaient un rail montée-plat-descente complètement fou. Le reste du temps, on installait des tubes en PVC pour pouvoir rider. Montana est le pire spot, mais après avoir appris à rider là, on peut rider partout. Dans les autres dômes, on entendait toujours des gens se plaindre du snowpark. Mais on était toujours content car pour nous c’était un rêve d’avoir des modules. Nous étions habitué à ne rider que des tubes en PVC ! C’est pour cela que quand je vois les vidéos des Yawgoons, je peux m’identifier. Nous n’avions rien mais nous en avons tiré le meilleur parti. Quand j’emmène des gens là-bas, j’espère toujours qu’ils vont aimer car moi j’adore ce spot ! Cole Navin et Spencer Schubert sont venus un jour et ça leur a plu.

A quoi ressemble ta journée traditionnelle quand tu vas rider en indoor ?

J’y vais toujours seul mais je n’aime pas faire du rider en solo. Voir les autres en train de rider me donne de l’énergie. J’allais rider environ 4 heures d’affilées mais ça dépend des modules qu’il y a maintenant.

Comment comparerais-tu le snowboard en extérieur et le snowboard en extérieur ?

On peut faire beaucoup de runs en indoor. En 1 heure, on peut en faire environ 30. J’aime les runs rapides et je n’aime pas les longs télésièges. On n’a pas besoin d’être trop équipé pour rider indoor. Parfois je n’ai pas l’impression d’être un vrai snowboarder. Partout où je vais faire du snowboard, je me retrouve toujours dans un petit park tout pourri. Parfois  je ne sais même plus quand était la dernière fois où j’ai fait un virage. Quand on fait du street, on va parfois simplement tout droit un paquet de fois, on plaque enfin son trick et c’est fini.

Quels sont les riders que tu admirais quand tu étais jeune ?

Les gars plus âgés avec qui j’ai commencé et les riders des vielles vidéos Postland comme Cees Wille. J’admirais les riders du team Forum comme Stevie Bell et JP Walker. Plus tard, j’étais un grand fan de Joe Sexton dans la vidéo Stepchild Child Support. Et maintenant, je ride pour Public et Joe est mon patron, donc ça me semble assez naturel.

Qui a été ton premier sponsor?

J’ai commencé à rider pour Signal en 2010 et ThirtyTwo est venu juste après.

Est-ce important pour toi de rider pour des marques cores ?

Ca doit toujours être naturel. J’ai besoin de me retrouver dans les valeurs de la marque et son image. Pour Public, c’est venu naturellement après être parti en trip avec Joe Sexton. C’est pareil pour Vans. J’aimais l’image, le team et ce que la marque représente. Ca serait des marques que j’achèterais donc je suis content de le promouvoir.

Comment est-ce que Postland a commencé ?

Nous étions tous éparpillés dans la scène snowboard hollandaise. Tim Schiphorst de Postland était en train de monter une équipe avec les meilleurs riders hollandais et il cherchait des nouvelles têtes. On s’est fait remarquer sur des évènements et Tim m’a demandé si je voulais venir faire un trip street en Finlande et c’est comme ça que ça a commencé.

Est-ce que tu as déjà fait du street aux Pays-Bas ?

La dernière fois que nous avons eu assez de  neige, c’était en 2013. Mais cela ne dure jamais vraiment longtemps. Nous avons eu des images filmés aux Pays-Bas dans la vidéo Postland Periscoping .

Es-tu conscient d’être l’un des leaders de la tendance actuelle «plus de style, moins de technique» ?

J’avais l’habitude d’essayer les tricks les plus techniques quand j’étais plus jeune mais maintenant, j’essaye juste de trouver le spot le plus intéressant et je ne fais que des 50-50 , des boardslide ou des wallride. Je suis trop vieux pour ces tricks super techniques. Mais ça pourrait être bien que la mode revienne vers le technique. J’admirais mon pote Wessel Van Leerop qui faisait des tricks impossibles et je trouvais ça cool aussi.

Qu’est-ce que ça fait d’être dans les Videograss ?

C’est un rêve devenu réalité. J’ai toujours regardé ces vidéos et àa a façonné le snowboarder que je suis aujourd’hui. C’est donc un honneur.

Comment as-tu connecté avec Videograss ?

Jake OE a demandé un guest trick pour sa part à l’époque où je ridais pour Signal. 

Quel est votre projet pour cette année?

Hexagon Project pour Method Mag, filmer pour Vans Europe avec Benny Urban , Dominik Wagner, Sebi Springeth et Vans global a également un projet. Et j’espère aussi avoir le temps de filmer avec Tim Schiphorst .

Quel serait ton objectif ultime dans le snowboard ?

Faire une part dont je suis vraiment satisfait mais cela n’arrivera probablement jamais.

Quel est le trick préféré que tu aies filmé dans ta carrière ?

Ce serait le front board sur le gros toit. Je ne pense pas que je pourrais faire mieux. Cela m’a pris environ 10 essais. Le plus drôle c’est que pour voir à quelle vitesse j’allais plaquer, j’ai glissé sur les fesses comme sur un toboggan et j’ai brulé mon pantalon. Ce trick est spécial pour moi car je venais de perdre mon père et j’étais de retour d’une série de blessure. Je voulais donc lui rendre hommage en faisant quelque chose qu’il aurait aimé. Il aimait me voir faire du snowboard.

Est-ce qu’il te supportait dans ta carrière ?

Il était pilote de motocross donc il comprenait. Il adorait me voir faire un backflip !

Comment est-ce d’être un snowboarder professionnel aux Pays-Bas ?

Je me sens parfois jugé par les gens quand ils se moquent en disant que je pars en vacances chaque fois que je fais un trip snowboard. Les gens ne se rendent pas compte que nous travaillons vraiment pendant ces voyages.

Te considères-tu comme un snowboarder professionnel ?

Pas vraiment. Je me considérerais pro si j’avais une planche avec mon nom dessus. Et je dois encore travailler l’été parce que vivre aux Pays-Bas m’oblige à voyager pour le snowboard et ça coûte cher.

Le snowboard est-il un art ou un sport ?

Je dirais que c’est une façon de s’exprimer.

Use Facebook to Comment on this Post

Like this Article? Share it!

Comments are closed.