Thursday 18th August 2022,
Bangingbees

Maxime Schillé – Comme Un Gitan, vidéo + interview

admin 21 février 2014 Honey Bees, Interviews Commentaires fermés sur Maxime Schillé – Comme Un Gitan, vidéo + interview

Cover gitan

Maxime Schillé est un rider de Metz, local assidu du Snowhall d’Amnéville, que l’on croise depuis quelques années sur divers évènements. Quand il nous annoncé la sortie d’une vidéo sur sa saison indoor, on n’a franchement pas été emballé. Mais après avoir vu la vidéo en preview, on a changé d’avis ! Le délire gitan poussé à fond est une idée géniale ! Du lifestyle digne d’un clip de Seth Gueko et de l’action indoor bien filmé et stylé, voici un bon projet qui nous a donné envie d’en savoir plus sur Maxime via une petite interview.

Portrait vertical

©DR Maxime Schillé

Pas trop dur d’être un snowboarder quand on habite à Metz ?

On est loin des montagnes donc c’est un peu frustrant mais il y a le frigo d’Amnéville pour rider toute l’année et se distraire en attendant la vraie neige.

Le Snowhall d’Amnéville tu y es attaché ou ça te saoul ?

J’y suis carrément attaché, c’est mon jardin à 15 minutes de chez moi. Là où J’ai grandi et progressé. Mais rider enfermé toute l’année c’est du suicide. La neige est difficile à entretenir pour garantir une piste qui glisse tout le temps. Mais on a la chance de pouvoir rider après le boulot jusqu’à 22h toute l’année.

Il y a-t-il une scène snowboard à Amnéville ?

On est nombreux à pratiquer la planche à neige et on a des bons petits rideurs qui cassent du rail et d’autres qui ont préféré s’expatrier. Et quelques débutants ultra motivés qui font plaisir à voir.

On t’a découvert lors du Rock On à Amnéville en 2009 où tu avais gagné le contest. Ca t’a servi pour te lancer dans le snowboard ?

C’était un tremplin positif et j’ai fait pas mal de bonnes rencontres après. J’ai réalisé à quel point j’étais passionné et ça m’a donné envie de progresser et de rentrer dans l’industrie des sports de glisse.

Quel est ton pourcentage de ride en indoor et en extérieur ? Quelles différences vois-tu entre les 2 ?

60% au Snowhall et 40% dans les montagnes mais c’est incomparable ! Le Snowhall est un complément aux joies de la montagne. Il sert à se préparer pour la vrai neige. Tu es tellement épanoui quand tu débarques en extérieur, c’est trop bon.

Dans quelle station aimes-tu rider ?

J’adore Avoriaz, c’est mon Q.G. depuis ma tendre enfance. J’aime bien aussi Val d’Isère/ Tignes et Val Thorens. La Schlucht dans les Vosges et Feldberg en Allemagne aussi.

tail press

©DR Maxime Schillé

Tes influences dans le snow ?

Je suis un grand fan de Joe Sexton pour la technique, Cale Zima pour le style, Scott Stevens pour l’originalité et Danny Davis pour la moustache.

Quels sont tes projets pour cet hiver ?

Je vais rider comme un petit fou avec les copains principalement dans les Alpes à droite à gauche tout le mois de mars. Je file sur Hossegor début avril, j’ouvre un food truck made in France en collaboration avec WESC. Vous êtes les bienvenus au Spot, 251 avenue des menuisiers, 40150 Soorts-Hossegor, pour déguster mes spécialités faites avec passion.

Que fais-tu dans la vie à part du snow ?

Je travaille 5 mois de l’année dans un Burton premium store à Luxembourg. Je suis skiman, vendeur, j’accompagne des clients à tester du matériel et je fais de l’initiation freestyle au Snowhall. Le reste du temps je suis sur Hossegor, je voyage et je passe du temps sur une board.

D’où vient l’idée du concept gitan de la vidéo ? Un hommage à Snatch ou à Seth Gueko ?

J’ai une petite préférence pour Les démons de Jésus ! J’ai toujours été en admiration devant les voyageurs. C’est aussi un hommage au mode de vie que la plupart des rideurs passionnés connaissent au quotidien. Quand on veut rider à fond, on est souvent sur la route, à dormir n’importe comment, n’importe où, dans des conditions difficiles parfois.

Comment tu as fait pour expliquer l’idée aux manouches ? Des anecdotes du tournage ?

Je suis ressorti du camp à poil mais sinon ça va ! Ha ha ! Non sérieusement, on a passé un bon moment. Mon pote d’enfance Gymi que l’on voit sur la moto avait déjà quelques contacts. Ils m’ont bien apprivoisé.

Miller flip

©DR Maxime Schillé

Like this Article? Share it!

About The Author

Comments are closed.