Saturday 03rd December 2022,
Bangingbees

L’équipe de France de shrek à Bear Mountain – report vidéo et photo

admin 16 octobre 2014 Honey Bees, Reports, Videos Commentaires fermés sur L’équipe de France de shrek à Bear Mountain – report vidéo et photo

bear_mountainBear Mountain vous devez connaitre vu que l’on vous poste environ 3 vidéos par semaine en provenance de la station californienne. Cet Eldorado du podcast de park est un passage obligé pour tout snow nerd qui se respecte. Notre ami rédacteur de poche et rider Anthony « Le Poulpe » Brotto avait prévu depuis un moment d’aller se faire dorer la pilule sous le soleil californien et ce projet s’est enfin concrétisé la saison dernière. Mais ce trip de « snowboarder professionnel » s’est transformé en grandes vacances entre potes venu kiffer tous ensemble l’incroyable park de Bear ! Et ce joyeux bordel a créé « L’équipe de France de shrek ». Voilà donc pourquoi le récit du trip d’Anthony ressemble au journal intime d’un gamin qui parle de sa colonie de vacances et c’est tant mieux. Et vu qu’il a des copains bons élèves, ils ont même ramené de chouettes photos et vidéos de vacances !

Texte d’Anthony Brotto
Vidéo de Sébastien Véga
Photos analogiques de Guilhem Glaunes
www.guilhemglaunes.com

anto_backtail

Antho Brotto en front blunt à l’armoricaine ©Guilhem Glaunes

À force de regarder des podcasts de Bear Mountain depuis des années et d’avoir des potes qui rentrent de là-bas des étoiles pleins les yeux, il fallait que ça arrive. J’ai commencé à parler de ce trip avec Bruno Charvet et Seb Vega l’an dernier, car ils y étaient déjà allés. Au fur et à mesure, on a recruté quelques copains de plus pour finir à être 18 Français sur place !

Pour planter un peu le décors, Bear Mountain se trouve à environ 2h de Los Angeles et le temps y est clément quasiment toute l’année. Nous y étions tout le mois de mars et nous n’avons pas eu un seul jour de pluie. Ce n’est donc pas un mythe. C’est ciel bleu tous les jours pour tout le monde. On oublie la veste et le masque, ici c’est lunettes de soleil et sweat shirt toute la saison ! Nous sommes logés dans un grand chalet 12 places tout confort avec jacuzzi et salle de jeux. Des vacances de rêve à l’américaine !

method_emulsion

Romain Raynal prend une émulsion de method ©Guilhem Glaunes

C’est dans ce cadre idyllique que s’est formée l’équipe de France de shrek. Tout le monde connait le shred, ce mot qui a eu ses heures de gloire dans le snowboard, notamment grâce aux Sunday In The Park et la façon de rider d’un certain Chris Bradshaw. Mais le mot shred a ensuite été employé à toutes les sauces, même dans le freeski ou le wakeboard. Pire, des snowboarders ont fait du shred une sous classe du snowboard. Comme si rider de façon originale, n’était tout simplement plus du snowboard… Le shrek  été inventé par une personne croyant faire du shred, qui s’est trompée de mot. Donc jusqu’à la fin de cet article, nous ne parlerons plus de « shred », mais bien de « shrek » ! Cette équipe venue des 4 coins de France est composée de shrekkers complètement éclectiques, tant niveau accent que ride. Leur seul point commun : L’amour du shrek et faire saliver les potes restés en France via les réseaux sociaux avec notre #equidedefrancedeshrek !

trois_copains

Tres amigos del shrekos ©Guilhem Glaunes

Pour les novices, les premier runs sont assez bizarres. En Amérique les gens rident à fond et se suivent de très près. Ils sont en bande et ne se retournent jamais pour regarder leurs potes. Donc si nous arrêtons notre équipe à chaque module pour s’attendre, on risque le carambolage. Nous devons donc nous résigner à rider à la mode locale. « Bear Mountain, tu l’aimes ou tu la quittes ». A l’issue de cette première journée de ride, notre ami Lorien Cau a déclaré :  » Je me sens comme une pucelle dans un gang bang !  » Mais passé cette petite acclimatation, les jours de shrek s’enchainent très bien. Nous vivons à fond notre Merican dream ! Le park est reshapé dès qu’un module est bancal ou un kicker un peu abimé. Ici les shapeurs ne se tournent pas les pouces dans leur cabane comme souvent en France. Mais man, ici il n’y a pas le temps de fumer une canne !

grapin_stalefish

Anthony Grapin represent DCGK en stalefish ©Guilhem Glaunes

Niveau groupisme de pro-rider, nous avons vu Bradshaw et Magoon tous les jours, et Scott Stevens super souvent. Mais celui qui nous a le plus impressionné niveau énergie et bonne humeur c’est Denis Leontyev. Il était le premier sur le park tous les matins à neuf heures et le dernier à partir à 16h. Et même s’il ne ride pas vraiment comme nous, lui aussi est amoureux du shrek !

Nous passerons trois semaines de folie, entre ride, jacuzzi, burgers, soirées et tourisme. Je conseille vivement aux amoureux du shrek de venir à Bear, votre trip de trois semaines ne vous coutera pas plus de 2000€ tout compris si vous vous organisez bien et vous allez vous en souvenir pendant longtemps !

empty_chairlift_emulsion

Emulsion de télésiège en plat du jour ©Guilhem Glaunes

Like this Article? Share it!

About The Author

Comments are closed.