Wednesday 29th June 2022,
Bangingbees

10 conseils pour faire du montage vidéo

admin 8 novembre 2013 Honey Bees, List Commentaires fermés sur 10 conseils pour faire du montage vidéo

1420645_10152015407925350_766086452_n

Si vous ridez un peu, il y a des chances que vous soyez amené à faire un jour du montage vidéo. Que ça soit pour compiler vos images de vacances, faire votre part pour montrer à vos potes, ou éditer la vidéo qui fera de vous la nouvelle super star du snowboard, vous risquez d’y passer. Pour vous aider dans cette tache, nous avons demandé à Lionel Simon, l’un de nos réalisateurs maison, de résumer les choses à faire et à éviter dans une bonne vidéo de snowboard. Prenez note et à vous les millions de vues sur Youtube au côté des bébés chats et du chien qui skate !

Je ne parlerais pas de termes techniques, d’effets spéciaux, ni de tel ou tel logiciel, car je suis convaincu qu’avec Movie Maker on peut faire quelque chose de raisonnable. L’idée est de traiter une dizaines de points importants qui seront déterminants pour la qualité de votre vidéo. Le but est de donner les clefs afin de réaliser un édit propre qui serait susceptible de passer sur un site comme BangingBees dans la rubrique The Amateur par exemple.

1 – Contenu

Une vidéo de snowboard a un début et une fin et un déroulement logique. Elle doit comporter son lot de tricks, de lifestyle avec une musique adaptée et des titres. Un équilibre se crée grâce à tous ces éléments. On peut trouver de bons edits avec un ou deux de ces points manquants, mais généralement rattrapés par des gros tricks, un montage soigné ou une musique marquante par exemple.

2 – Choix du matériel

Je ne suis pas le plus grand spécialiste du matos vidéo. Personnellement j’utilise un Reflex numérique avec plusieurs objectifs. Très pratique et peu onéreux face aux grosses caméras. La forme ou type de caméra importent peu dans ce dossier. L’essentiel est dans les accessoires : Fisheye ou grand angle et poignée de stabilisation (un micro externe est utile mais pas forcement nécessaire). Le fisheye est incontournable et permet de pardonner les erreurs de filming (tremblements ou suivi raté) et donne du dynamisme. La poignée de stabilisation est un réel atout pour le maintien du matériel. Elle permet avec un effet « cassé de poignet » de fluidifier vos suivis et reste très pratique pour le transport, sur le télésiège par exemple.

3 – Filming

Je ne vais pas vous faire le coup du pro video de skate. Il faut avant tout un cadrage propre avec les tricks filmés en entier. Le fisheye écrase un peu les hauteurs. Donnez donc de l’angle en filmant par dessous. Coté jib, favorisez surtout le point important du trick. Par exemple avec un Backside 270 in, placez vous proche de l’entrée du rail et inversement s’il s’agit d’une belle sortie. Si le trick est technique en entrée et sortie, calez vous au milieu. Il est bon de varier les plans, donc les objectifs. Si vous shootez avec une lentille polyvalente (sur Reflex) ou objectif nu de votre caméra, les possibilités sont infinies. Comme se mettre après la réception aux ¾ de côté et de rester en plan fixe. Pour les kicker au fisheye, placez-vous sur le plat de la table au plus proche du saut du rider et suivez son passage. A ne surtout pas faire : Si plusieurs riders passent à la suite, attention de ne pas revenir trop tôt au suivant à la fin de chaque trick. Ca risquerait de couper la réception du précédent, ce qui créerait un effet désagréable au montage. Dites aux riders d’attendre la fin du trick précédent avant de s’élancer. On ne vous parle pas des caméras embarquées en mode POV, car tout le monde sait désormais que ce genre d’image est inutile non ?

4 – Lifestyle

Ce sont toutes les images qui ne sont pas un trick. Une vue de station, de ville, de montagne, d’une descente ou une prise de télésiège, un portrait d’un rider… Tous les à côté du ride font le lifestyle. C’est important et il n’est pas mauvais d’en abuser. Filmez tout ce que vous pouvez, ça vous servira au montage. Une vidéo avec des tricks du début à la fin sans rien au milieu est vite ennuyeuse. Le lifestyle apporte une grande valeur ajoutée qui peut totalement changer l’intérêt d’une vidéo.

5 – Tricks

Rien n’est plus moche qu’un trick à moitié plaqué. Vous voulez montrer à tout le monde que vous avez plaqué votre 720, d’accord, à condition qu’il soit style et maitrisé. Soyez autocritique, si vous avez un doute sur un trick, ne le mettez pas au montage, gardez le pour vous. Seuls les tricks propres et stylés comptent, peu importe qu’ils soient techniques ou engagés. Sachant que des centaines de rageux derrières leur écran se diront « pas plaqué ! Zeach ! Style de iench ! », je vous conseille d’avoir un regard très critique. On voit souvent des vidéos agréables à regarder comme les Just Plain Kruising de Jupiter People, qui se concentrent sur des images de shred tranquilles mais propres et stylées. Mieux vaut un beau 180 back qu’un double cork pas vraiment plaqué. De bons crashs  peuvent aussi animer votre vidéo.

6 – Musique

Choix personnel bien entendu, les gouts et les couleurs ça ne se discute pas (Sauf pour la dubstep qui est toujours un mauvais choix…). Justin Meyer, le boss de Videograss a fait un article intéressant sur ce point. Ne réutilisez pas la musique des grosses productions ou de vidéos web qui ont marqué les esprits. Pas évident de savoir ce qui a déjà été utilisé ou non, je vous l’accorde. Tapez le titre et l’artiste suivi de « snowboard » dans Google ou Youtube peut être un bon début. On vous conseille aussi le site Snowboard Soundtrack pour vérifier. Pas de règle quant au style musicale que vous choisirez. Soyez seulement en accord avec vos images. Le rythme des tricks et des images et le style du rider détermineront votre choix.

7 – Titres

Ce n’est pas le plus difficile, mais c’est relou. La police est très importante. Oublier le Comic Sans Ms ou les écritures illisibles. Optez pour une police sobre et pas trop grosses. Ou misez tout sur l’originalité, mais c’est plus risqué. Pensez à mentionner les filmers et riders qui ont participés, ça vous évitera les « Merci qui pour le filming ? 😀 » en commentaires Facebook. Si vous avez oublié, écrivez les noms dans la description du site hébergeur.
titre

8 – Editing

Les premières images sont les plus importantes. Sélectionnez les bien afin de ne pas perdre la moitié de votre public dès les 10 premières secondes. Tout repose sur votre créativité. Gardez les tricks plaqués et stylés, triez votre lifestyle, n’en mettez pas trop, utilisez en pour faire une belle intro. Evitez les private jokes, pensez au public qui ne vous connait pas. Essayez de jouer avec le rythme de la musique. Pas besoin non plus de placer chaque réception sur un « boom ».  Calez vos titres, vos petits effets brulés, faites une fin avec vos images de lifestyle et le tour est joué. Si vous le pouvez, faites votre editing sur plusieurs jours. Vous aurez du recul sur votre travail de la veille. Il n’existe pas de vidéo trop courte, n’ayez pas peur d’épurer votre montage. Une minute trente bien montée vaut mieux que 4 minutes brouillons. Demandez à votre copine !

9 – Exportation

Soyez pointilleux. Regardez votre vidéo plusieurs fois avant de l’exporter. Réglez tous les petits détails qui donneront un rendu propre, comme le son, les couleurs, les ralentis… Lorsque la musique commence à vraiment vous saouler, c’est que vous l’avez suffisamment vérifié !
exportation

10 – Partage

Youtube donne un coté amateur et est parfois bien relou au chargement. Sachant que vous ne ferez pas 10 millions de vues, préférez Vimeo qui donne un coté classe et pro. N’hésitez pas à partager votre vidéo sur les réseaux sociaux si vous estimez qu’elle mérite sa diffusion.
Partage

Like this Article? Share it!

About The Author

Comments are closed.