Bangingbees

Minority – Hobby – Full Movie + Interview

admin 10 janvier 2017 Commentaires fermés
pom

Thibaut Pomorat ©Matt Dee

Chaque saison on peut compter sur le crew Minority pour porter la bannière du snowboard amateur qui se bouge. Et cette année encore, ça a charbonné dans la Tarentaise pour dénicher, shaper, rider et filmer du spot en street et en backcountry. Et ça tout en bossant et à côté et sans support financier de leurs sponsors. C’est ce qu’on appelle être passionné ! A l’occasion de leur nouvelle vidéo Hobby, on en a profité pour leur faire une petite interview de groupe, histoire de mieux  l’esprit qui anime ce crew de sur-motivés du snowboard.

Quelle est l’histoire de la création de Minority et pourquoi ce nom ?

Tout a commencé il y a plus de 10 ans quand on a créé l’association Gpsy Feelin dans le but de promouvoir la pratique du ski et du snowboard à Val d’Isère. Après quelques années, nos potes les skiers sont devenus trop chauds et sont passés en mode professionnel et nous n’avions pas vraiment envie de vendre nos âmes à l’industrie du ski…Alors il y a 5 ans, les crew se sont logiquement scindés et on a décidé de créer un collectif 100% snowboard, appelé Minority puisque de nos jours nous sommes clairement en minorité à pratiquer cet art de glisse !

Qui fait quoi dans le crew et comment s’organisent vos sessions ?

Jeremy Féburier, c’est la créativité à l’état pure qui s’exprime. Il s’occupe du montage et filme quand il est disponible. Il est également aux commandes de la vidéo sur les plans au drone. Thibault Pomorat, Julien Andro et Yohan Bandet filment toutes les autres scènes et rident également. Mais si c’est nécessaire, tout le monde passe derrière la caméra. La réussite repose aussi sur les épaules de Kam Henriet, Sam Bernard, Julien Di Cara, Lewis Sonvico, Franky Melgund sans oublier Thomas Chassagne et Dam Stess. Minority est une grande famille, donc nous travaillons également avec Tristan Price (SKY HEADS) qui fait voler un engin de malade dans des endroits peu recommandés ! L’année dernière nous avons bossé avec nos potes Matt Dee (Burn hollywood Burn) et Jérome Lambert pour les photos. James Sweet nous a aussi apporté quelques footage à la sauce anglaise.

ju-di-cara

Julien Di Cara ©Jérome Lambert

Vous bossez tous à côté. Est-ce que vous êtes toujours motivés pour aller shooter dès que vous êtes en congés où préférez-vous parfois rider juste pour vous à la cool ?

La motive est toujours là et l’envie de faire mieux chaque année au niveau de la production vidéo aussi ! Tout cela nécessite une certaine organisation puisque nous sommes des amateurs et professionnel du taf régulier pendant l’hiver. En réalité, nous sommes des gros geek du messenger et autres textos pour aller shooter dès que nous sommes assez nombreux, le soir ou la journée. On essaye de shooter un max pendant nos jours de congés. Donc malheureusement, il n’y a plus beaucoup d’occasions de pour rider pour nous comme aller faire du park loin de chez nous, avec les copains!

Pensez-vous avoir fait tous les spots de street et backcountry de la Tarentaise ? Il y a-t-il des spots que vous rêvez de faire mais où vous n’avez pas encore eu les conditions ?

Franchement, il y a des spots de street plus bas dans la vallée que nous n’avons jamais pu toucher. On a une liste complète mais le temps est notre ennemi dans notre société ! Et il y a de moins en moins de neige à basse altitude. Il faudrait de la neige toute l’année ou pas de travail pendant l’hiver !

Il y a-t-il une relève chez les snowboarders de la Tarentaise ? Allez-vous intégrer de nouveaus riders dans Minority ?

Le snowboard, en France, n’est pas représenté à sa juste valeur. Pas de BE snowboard français, pas ou peu d’écoles, pas de structures dans beaucoup de stations et Tignes en fait partie. Il n’y a pas ou très peu de jeunes snowboarders, c’est vraiment dommage ! Heureusement des personnes et des associations travaillent durs pour que le snowboard soit reconnu et qu’on puisse avancer sans que certaines institutions nous mettent des bâtons dans les roues. Mais cette année on va intégrer Jake, un jeune rider anglais de 16 ans bourré de talents.

sam

Samuel Bernard ©Jérome Lambert

Sur environ combien de sessions a été shootées la vidéo Hobbie ? Quelle a été la meilleure et la pire ?

D‘après nos calculs rapides, Hobby met en scène une cinquantaine de spots différents : street et backcountry uniquement. C’est notre marque de fabrique. Les meilleures sessions ont été les spots de street de fin de saison en mode soleil, les kickers backcountry en plein hiver, des moments à partager en compagnie de pelles et de bières… Pour les pires, c’est sans aucun doute les quelques spots que nous avons shapé avant de se faire virer comme des délinquants de la montagne !

Quelles sont vos principales inspirations ?

Il y en a pour tous les goûts, du gros street façon Brother’s Factory ou Postland Theory aux grosses lignes de BC à la Kazu. On aime aussi beaucoup l’ambiance de tous les projets Rusty Toothbrush. Coté musique, on a les oreilles grandes ouvertes à tous les styles ou presque ! C’est toujours compliqué de trouver du bon son qui match pour faire une part vidéo.

Quels sont les projets pour cette saison ?

On prend les mêmes et on recommence ! On réfléchit à pas mal de choses depuis la fin de l’hiver dernier. Ca va bouger ! On va essayer de quitter un peu, mais pas trop, notre vallée de la Tarentaise pour shooter de nouveaux spots. Stay tuned and happy new powder year !

yo

Yohan Bandet, front wall redirect ©Matt Dee

Use Facebook to Comment on this Post

Like this Article? Share it!

Comments are closed.